L'innovation au CNRS Aquitaine

Start-up


En 2019, la délégation Aquitaine du CNRS a compté 2 créations de start‑ups : Kromatiz et Certis Therapeutics.

 

KROMATIZ : la montre électrochrome


En partenariat avec l’ICMCB, KROMATIZ développe une technologie innovante qui permet le changement de couleur d’un cadran de  montre analogique au gré de l'utilisateur. Ce dispositif, proposé aux assembleurs et fabricants de montres, permettra donc de personnaliser sa montre à tout moment.
Cette start-up vient de signer un accord de licence avec la SATT Aquitaine.

Kromatiz développe des cadrans de montres pouvant changer de couleur à la demande de l'utilisateur. © Kromatiz

 

CERTIS THERAPEUTICS, mieux  soigner les patients par  thérapies mini-invasives

Certis Therapeutics a pour but de développer des solutions pionnières pour les thermothérapies : elles vont permettre aux praticiens de visualiser en temps réel les effets de leurs interventions par IRM et de prédire les effets thérapeutiques dans les champs cliniques de la cardiologie, de l’oncologie ou encore de la neurologie.

La start-up, issue de l'IHU Liryc, a été récompensée par i-LAB 2019, le concours national d'aide à la création d'entreprises de technologies innovantes, organisé par le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et Bpifrance.

 

Des foldamères à la rescousse des peptides thérapeutiques

Des chercheurs de la start-up UREkA, associés aux chercheurs du CBMN, ont proposé une nouvelle approche basée sur des molécules artificielles appelées « foldamères » pour améliorer les propriétés de peptides thérapeutiques. Leur technologie baptisée UrelixTM permet d’augmenter très significativement la stabilité, les propriétés pharmacologiques et la durée d’action de ces peptides.

 

Valorisation

 

La valorisation et le transfert de résultats de la recherche font partie intégrante des missions du CNRS afin de développer des partenariats durables au service de l'innovation et du progrès.

 

MEEGASAFE : un laboratoire commun pour mieux comprendre la somnolence

Le laboratoire SANPSY et la société PHYSIP se sont associés en 2019 pour développer des solutions de mesure opérationnelle de la somnolence. Basées sur l’analyse de l’activité cérébrale via l’électroencéphalogramme, ces solutions ont pour but de réduire le risque accidentel de somnolence. Ce laboratoire commun, financé par l'ANR, intitulé « MEEGASAFE » (Monitoring by EEG for the evAluation of Somnolence to improve SAFEty) déterminera quels facteurs vont influencer les niveaux de vigilance et de somnolence et quel est leur impact sur les performances cognitives.


Les objectifs de MEEGASAFE sont de mieux connaître, mieux mesurer, pour mieux comprendre l'impact de la somnolence sur les performances et au final réduire le risque accidentel.

Nuits trop courtes, médicaments, troubles de la vigilance... la somnolence peut provenir de nombreux facteurs. © Freepik.com

 

Freiberg instrument signe un accord de licence


L'entreprise allemande Freiberg Instruments a annoncé en 2019 la signature d'une licence d'exploitation pour la commercialisation du tout premier spectrofluorimètre à LED miniaturisé et portable (LEDµSF), destiné à faciliter l'identification des pigments, colorants, liants… et à authentifier les œuvres d'art patrimoniales. Cette innovation est issue des laboratoires IRAMAT-CRP2A et ISM.


Le spectrofluorimètre LEDµSF permet une analyse non invasive de nombreux matériaux organiques et inorganiques tels que peintures anciennes, matières colorantes, pigments, cires, liants… La technologie permet également une grande diversité d'applications telles que le contrôle de la qualité des aliments !

 

New Pores : à l'assaut des matériaux poreux

Construit en collaboration entre le LFCR et l’université américaine Northwestern, NEW PORES est le premier hub international créé par l'ISITE E2S UPPA. Situé sur les rives du Lac Michigan, les travaux de NEW PORES visent des applications concrètes. En terme de durabilité, les chercheurs vont s’intéresser aux effets et aux conditions de sécurité du stockage de CO2 dans le temps, ainsi qu’aux interactions à l’œuvre dans les matériaux cimentaires. Un autre volet concernera la conception de nouveaux matériaux poreux susceptibles de stocker de l’hydrogène en toute sécurité et de matériaux structurels et fonctionnels bio-inspirés.

 

L'hydrogène natif : un nouveau fuel enfin décarboné


L’hydrogène est un fuel décarboné très majoritairement produit à partir d'hydrocarbures mais on en retrouve également sous nos pieds, comme beaucoup de ressources naturelles. La compréhension des systèmes de transport et d'accumulation de cet hydrogène en est à ses débuts mais des contextes géologiques prometteurs commencent à se dessiner. Le LFCR travaille sur quatre chantiers représentatifs : l'Islande, le rift africain, la Turquie et l’Australie. Une des idées est de faire le lien entre l’hydrogène natif et la géothermie (l'eau étant alors à la fois la source et le mode de transport de l'hydrogène). Ces travaux impliquent également des géochimistes et des biologistes de l’IPREM.
Les résultats seront utilisables tant pour l’exploration que pour le stockage de l'hydrogène en subsurface.

 

CLEARGEN DEMO

En 2019 a eu lieu l'inauguration du projet européen CLEARGEN DEMO impliquant des chercheurs de l'ICMCB. L'objectif du projet est de mettre en place une pile à combustible à l'échelle du mégawatt et de l'intégrer sur un site industriel pour produire de l’électricité destinée au réseau électrique martiniquais à partir de l’hydrogène coproduit par la raffinerie SARA : une première mondiale.

 

Une nouvelle génération de phares à LEDs pour l'aéronautique

Le laboratoire IMS a mis au point un projecteur intelligent à LED qui intègre un système de réalité augmentée et du Wi-Fi. Une innovation triple.

Ce dispositif permettra les échanges de données entre l’avion et les équipes au sol pour le téléchargement de mises à jour du logiciel de bord, la transmission des données de vol... Le prototype a été présenté au 53ᵉ Salon international de l'aéronautique et de l'espace. Le dispositif de réalité augmentée a été reconnu par les professionnels du secteur aéronautique comme étant une première mondiale. Ce prototype a suscité l'intérêt des entreprises (Airbus, Dassault, Safran, Thalès, Saint-Gobain, Valeo) et des administrations (la Région Nouvelle‑Aquitaine et la ville de Bordeaux).

Projet Saphyr : projecteur LED intelligent. © Yannick Deshayes

 

Un ruban vert pour les filets connectés


Un dispositif de localisation sous-marine de filets de pêche a été développé à l'IMS au travers du projet FIND. Ce projet a reçu un prix récompensant sa démarche pour une pêche durable.

Après seulement un an d’existence, le projet FIND, lancé dans le cadre du programme SPRING OCEAN (programme d'innovation de l’université de Bordeaux adossé au pôle de compétitivité Aerospace Valley) et soutenu par la région Nouvelle-Aquitaine et la communauté d’agglomération du Pays Basque, est lauréat du prix du concours « Ruban vert » dans la catégorie « Bonnes pratiques environnementales de la pêche durable » de l’association Blue Fish, remis au Parlement européen à Bruxelles.